MENU
Connexion
Inscription

Retour au blog

La contraception naturelle, porte vers la relation consciente ?

Un participant de mes stages de couple me pose la question suivante :

Ma femme ne supporte pas les divers moyens de contraception, je pense subir une vasectomie, qu'en penses-tu ?

Bonne question !

Merci de la poser car n'est pas à moi de répondre mais ayant vécu ce genre d'expérience, à savoir, : la vasectomie de mon conjoint suite au refus de mon corps de supporter quelque moyen de contraception que ce soit et suite au travail de conscience et de croissance personnelle que je fais depuis plusieurs années, je suis aujourd'hui convaincue que nous n'avons pas besoin ni de contraception chimique ni de vasectomie ni de ligature des trompes... Je vous livre mon ressenti sachant qu'il m'appartient et que je n'en ferai pas une vérité mais une piste à étudier !

La contraception est non pas l'affaire des femmes mais l'affaire du couple. Elle a permis et permet toujours aux femmes de maîtriser plus ou moins bien le risque de  grossesse, mais le prix à payer pour sa santé est de plus en plus cher et ce moyen ne lui permet pas de se connaître sa féminité en profondeur, bien au contraire. Les groupes de femmes que j'anime me le confirment. Il y a une béance incroyable dans l'apprentissage de la féminité qui maintient et enferme malgré tout les femmes dans la peur  ou la colère consciente ou inconsciente vis à vis de l'homme,  la performance et la compétition qui sont des attributs masculins, le non respect de soi, le non respect de sa créativité, de son cycle, la difficulté à accueillir initier et aimer.

Je ne voudrais choquer personne et je suis certaine que mes propos peuvent soulever de nombreux débats mais je ne cherche pas à avoir raison ou imposer quoi que ce soit, j'invite les femmes et les couples à réfléchir en profondeur sur le sens de la relation, de la sexualité, de l'amour à travers le thème de la contraception. Cela va avec l'écologie, le respect de la nature, l'écologie du corps, le respect de sa propre nature, le respect de la santé....

Le refus de mon corps à toute forme de contraception m'a obligée à faire connaissance avec ma féminité et non pas lutter contre mon corps. Son intelligence a refusé de se faire polluer par un bombardement d'hormones crée par la pilule d'ou effets secondaires si importants qu'il était nécessaire d'essayer autre chose. Le stérilet ? encore pire ! Les préservatifs ? éventuellement sans latex et à petite doses. Il a aussi fallut nettoyer d'autres pollutions émotionnelles pour ne pas payer trop cher la rencontre du grand frisson. Bref, il a fallut chercher, creuser, fouiller, intérioriser... et c'est bien la le propre du féminin : tout est à l'intérieur dans le secret des replis du corps que se cachent les réponses !

Nous avons la chance aujourd'hui d'avoir du recul par rapport aux effets secondaires de la pilule et d'avoir le choix d'utiliser d'autres moyens, plus naturels, qui eux aussi deviennent plus précis et font partie d'un travail d'ouverture de conscience.

La symptothermie par exemple,  ou méthode des indices combinés, devient de plus en plus précise car nous savons maintenant comment l'utiliser plus justement. Il y a de plus une abondance de cours et de stages sur la féminité qui soutiennent l'utilisation de moyens naturels de connaissance de soi.

Si la femme connait bien son cycle et sait utiliser correctement la méthode des indices combinés pour connaître ses jours fertiles c'est un excellent moyen pour :

1) qu'elle se connaisse en profondeur dans son cycle,

2) que le couple prenne soin de cette méthode sachant que la rencontre en période fertile nécessite un préservatif,

3) s'accepter totalement dans sa féminité et toutes les subtilités de sa nature lunaire et changeante,

4) gérer la grossesse d'une manière responsable, trop d'interruptions de grossesse ont lieu même sous pilule. Cet acte n'est pas anodin et les effets psychologiques parfois désastreux.

Personnellement, et d'après mon expérience, je dirai aujourd'hui que la contraception comme la vasectomie ou la ligature des trompes ne permettent pas aux femmes de se connaître et de vivre leur féminité d'une manière juste et vraie. Cela les maintient dans l'ignorance de leur corps et de leur cycle et de l'expression de leur plein potentiel. Cela ne permet pas non plus aux hommes de bien connaître leur partenaire en respectant leur cycle, ou de vivre une sexualité plus ajustée et consciente. Cela demande responsabilisation, confiance et engagement avec soi et dans le couple. Cela demande aussi un petit effort quotidien pour vérifier les indices corporels, une écoute approfondie de son corps surtout au début, mais avec de la pratique, cela devient si perceptible que cela ne demande pas plus d'effort que de ne pas oublier de prendre sa pilule.

Cela remet aussi la sexualité dans un vécu amoureux et non plus dans la consommation, voire même la sur-consommation.

L'écologie nous oblige à écouter la nature, respecter la terre, les cycles, à ne pas utiliser n'importe quel produit toxique sous peine d'intoxication, de maladies... La contraception fait partie d'une forme d'écologie pour écouter, respecter et aimer sa propre terre intérieure. La terre c'est la mère, la femme est reliée à la Terre. La perte des repère féminins conduit à massacrer la terre... les femmes de la terre ne sont pas toutes respectées non plus !

A nous de renverser la vapeur car nous en avons les moyens.

Pour conclure je citerai un extrait de la préface du livre cité ci-dessous, écrite par le Pr. Henri Joyeux :

"...La contraception est devenue synonyme de la "pilule", méthode on ne peut plus chimique qui n'est jamais expliquée aux femmes... Très peu savent qu'il s'agit officiellement d'un produit cancérigène.... les publicités des laboratoires, extrêmement puissantes, on atteint leur but, soumettre les femmes à la loi des hommes, auxquels il n'est pas question de refuser ce que l'on peut qualifier sans honte de "besoins sexuels". Avec la pilule, comme l'écrivent les auteurs, "la femme est toujours disponible"... 70000 nouvelles femmes sont atteintes chaque année en France de cancer du sein... Toute écologie exige réflexion, effort, motivation et compréhension... Il est normal que la femme du 3ème millénaire ne souhaite plus "tomber enceinte" et que la grossesse ne soit plus le "fruit du hasard"...

Ressources :

Le livre de Milène Clichy et Stéphane Técher : "Vivre sa fertilité naturellement" aux éditions du Hêtre avec une préface du pr. Henri Joyeux décapante.

Des cours, des informations , des vidéos : http://sympto.org/contraception_fr.html

En France, cours, journées, conférences sur la méthode : Céline SURJUS -  57, impasse de la Verdanne 73 410 ALBENS  - Tél : 06.37.08.02.74

Mon livre : La femme initiatrice 

Les stages pour les femmes : "honorer ma féminité"

Votre tour à commenter
Votre Nom
Adresse e-mail
  • Commentaire

Les archives

On est foutu on pense trop !

Dans nos stages, le refrain que nous entendons de la part de tous les couples est :...

12 septembre 2019

0

« La femme initiatrice dans la relation amoureuse »

Je partage avec vous un podcast enregistré avec Anne Guesquière, éditrice du magazine FEMININ BIO, sur le...

12 août 2019

0

Sexualité sacrée : à vous de l’initier

je vous partage un article écrit dans le journal "Féminin bio de ce mois" Bonne lecture !

5 août 2019

0

Prenez le risque d’être vrai

Extrait du livre "Intimité" d'Osho Ce texte me parle, il secoue mais il sonne juste. Mon cheminement...

3 juillet 2019

0

Quand il m’honore de sa présence

Pour un homme, sortir d’une sexualité basée sur la survie de l’espèce et la décharge orgastique demande...

20 mars 2019

0